mardi 20 novembre 2012

Mauvais rêve

Je me suis réveillée de mon rêve en colère, très en colère après Pasteur et un peu en colère contre Darwin. Je leur souhaitais au premier de s'être réincarné tout au long du 20ème siècle en animaux vaccinés et morts des suites de cet acte, au second dans le dernier individu d'une espèce disparue car elle respectait l'évolution qu'il a décrite et n'a pas eu le temps de changer un gène pendant que ses concurrents étaient au taquet et lui prenaient sa niche écologique.
Ensuite m'est venue cette sage idée qui dit que toute colère contre autrui n'est qu'une illusion de sa propre colère contre soi-même. Je me suis alors demandée ce que pouvait bien cacher ses voeux de malheur à l'âme de deux scientifiques si réputés et adulés. Et j'ai trouvé comme première colère celle d'avoir suivi avec tant d'assiduité tous mes cours de sciences et d'histoire pendant tout mon cursus sans jamais entrevoir l'idée que peut-être ce n'était pas forcément juste. J'étais même fière d'avoir compris en physique que le modèle de l'atome de Bohr n'était qu'un modèle fort approximatif pour ne pas dire quasiment complètement faux que l'on m'enseignait avant d'autres modèles plus justes et plus compliqués. J'estimais aussi être dotée d'un bon esprit critique.
Deuxième colère celle d'avoir continué à me faire vacciner adulte sans chercher à me renseigner davantage sur cette pratique.
Et troisième colère, celle d'un souvenir d'un cours transdisciplinaire sciences/histoire (génial d'après les programmes) sur Pasteur ma troisième année d'enseignement. "Oui petits français soyez fiers de compter dans vos patriotes le génie Louis pasteur et son incroyable invention du vaccin contre la rage qui a ensuite permis de sauver tant de vies dans notre société et surtout dans le tiers monde !"

Je réalise alors que j'ai oublié de noter dans ma lettre de démission une raison importante : je ne veux plus enseigner des théories pour lesquelles j'ai un léger doute sur leur bien fondé, et je ne parle pas de la règle de trois ou de l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir, je ne veux plus enseigner en passant à côté de choses essentielles, je ne parle pas du calcul de la saturation en sel de l'eau du robinet mais plutôt de l'apprentissage de gestes simples pour prendre soin de sa santé de manière gratuite et autonome ou d'une approche plus holistique de la réalité, plus poétique aussi.

J'ai envie de dire à mes anciens élèves cette citation du film "Rois et reines" : 
"Il faut toujours prévoir que, évidemment, on a raison mais que c'est toujours possible qu'on ait un peu tort en plus, sans s'en rendre compte. Et avoir un peu tort c'est une très bonne nouvelle, ça veut dire qu'on a déjà pas toute la solution et que la vie va être bien plus étonnante et pleine de surprises que ce que l'on croyait."
J'avais sans doute raison sur pas mal de choses mais aussi tort sur plein d'autres, j'ai joué à l'adulte qui sait ce qui est bon pour vous et ce que vous devez apprendre, ai-je pensé à vous enseigner à vous demander si je n'avais pas tort, si je ne passais beaucoup de temps à vous ressortir ce que j'avais moi-même appris docilement sur les bancs inconfortables de l'école?

3 commentaires:

  1. "J'observe que la plupart d'entre vous avez mal compris la signification, le but et la fonction de l'éducation, sans parler du processus par lequel vous l'entreprenez selon votre idéal. Vous enseignez à vos enfants quoi penser plutôt que comment penser. Vous leur dites ce qu'ils sont censés savoir ; ce que vous voulez qu'ils trouvent vrai.
    Maintenant, les écoles sont hautement concentrées sur la connaissance, et accordent peu d'attention à la sagesse. Pour bien des parents, les cours de pensée critique, de résolution de problèmes et de logique sont menaçants. Ils veulent éliminer ces cours des programmes. Ils devront le faire s'ils veulent protéger leur mode de vie car les enfants qu'on laisse développer leurs propres processus de pensée critique sont très susceptibles d'abandonner la morale, les normes et tout mode de vie de leurs parents. Afin de protéger votre mode de vie, vous avez bati un système d"éducation fondé sur le développement, chez l'enfant, de souvenirs et non de capacités. On enseigne aux enfants à se rappeler des faits et des fictions, les fictions que chaque société a établies autour d'elle-même, plutôt que de leur donner la capacité de découvrir et de créer leur propre vérité.
    Les programmes qui demandent aux enfants de développer des capacités et des talents plutôt que des souvenirs subissent le ridicule de ceux qui croient savoir ce qu'un enfant a besoin d'apprendre. Mais ce que vous avez enseigné à vos enfants a mené votre monde vers l'ignorance, plutôt que de l'en écarter.
    Prends n'importe quel livre d'histoire. Vos histoires sont écrites par des gens qui veulent que leurs enfants voient le monde d'un point de vue particulier.
    L'histoire est censée être un compte rendu exact et intégral de ce qui s'est vraiment passé.

    Utilisez la pensée critique au lieu de vous contenter de mémoriser ce que d'autres veulent que vous pensiez.

    Dans les sociétés où l'on enseigne la prensée critique, la résolution de problèmes et les habiletés nécessaires à la vie, plutôt que la simple mémorisation des faits, même les actions prétendues "justifiables" du passé sont passées au peigne fin. On n'accepte rien a priori.

    Vos enseignants décriraient à leur classe exactement ce qui s'est passé. ils incluraient tous les faits, tous ceux qui ont mené à cet évènement. Ils rechercheraient les vues des historiens des deux côtés de l'affrontement, réalisant qu'il y a plus d'un point de vue sur tout. Ensuite, ils ne demanderaient pas à la classe de mémoriser les faits en question. Ils mettraient plutôt la classe au défit. Ils diraient : "Maintenant que vous savez tout à propos de cet évènement, quelle sagesse tirez vous de cette connaissance ?"

    Pourquoi placez vous vos enfants dans des écoles où l'on permet et encourage la compétition, où l'on récompense le fait d'être le meilleur et d'apprendre le plus, où l'on accorde de la valeur à la performance et où le fait de progresser à son propre rythme est à peine toléré ? Qu'est-ce que votre enfant en comprend ?
    Pourquoi n'enseignez vous pas à vos enfants le mouvement, la musique, la joie de l'art, le mystère des contes de fées et la merveille de la vie ? Pourquoi ne laissez vous pas vos jeunes apprendre la logique, la pensée critique, la résolution de problèmes et la création, en utilisant les outils de leur propre intuition plutôt que les règles et les systèmes et conclusions mémorisées d'une société qui a déjà prouvé qu'elle était totalement incapable d'évoluer selon ces méthodes, mais qui continue à les utiliser ?

    L'Ecole Waldorf est un modèle qui fonctionne."

    Conversations avec Dieu - 2 ; Neale Donald Walshc
    Céline ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci Céline pour cet extrait très intéressant.
    Es-tu une des Céline que je connais ?!

    RépondreSupprimer
  3. Tu as du entendre parler de moi mais on ne se connait pas. Pas encore ;)

    RépondreSupprimer