lundi 3 septembre 2012

Backster, dracéna, polygraphe et intention


Expérience lue dans "Science de l'intention" de Lynne McTaggart :

En 1966, aux Etats-Unis, Monsieur Backster, concepteur de polygraphes détecteurs de mensonges, arrose ses plantes dans son bureau. Il se demande combien de temps il faut à son dracéna pour que l'eau monte des racines aux feuilles, il branche un polygraphe sur la plante. Cet appareil permet de détecter les niveaux de conductivité électrique et d'en déduire le stress et certains états émotionnels. Une fois l'appareil branché sur une feuille, il a l'idée de "menacer" la plante pour voir la réaction, il décide d'aller chercher une allumette pour brûler la feuille. A ce moment là, le polygraphe s'emballe ! La feuille a manifesté une inquiétude extrême. Il va chercher l'allumette, la craque et la met sous la feuille : l'angoisse est maximale. Il ne brûle pas la feuille et éteint l'allumette. Le tracé du polygraphe se calme.
Backster fait alors l'hypothèse que la feuille perçoit son intention; lit dans ses pensées.
Il passa les dix-huit mois suivants à faire des expériences sur des plantes avec son partenaire Henson. Ils découvrirent que les plantes "développaient une sensibilité particulière aux allées et venues de la personne chargée d'en prendre soin", "elles donnaient l'impression d'avoir un intérêt particulier pour particulier pour Pete, son chien, qui passait ses journées au bureau". "Il semblait y avoir un flux continuel d'informations échangées dans les deux sens entre les plantes et les autres organismes vivant dans l'environnement."

Backster soupçonnait la communauté scientifique de le ridiculiser. Il réunit une équipe de chimistes, biologistes, physiciens, psychiatres et psychologues pour concevoir une expérience scientifiquement irréprochable. La conclusion de cette expérience est que les plantes réagissent significativement lorsque du zooplancton est ébouillanté à quelques mètres d'elles. Backster émit l'hypothèse que toutes les formes de vie sont en étroite harmonie les unes avec les autres, captent et émettent constamment des informations.
Il publia et s'attira le respect de certains et les railleries d'autres.

Il ignora la critique et continua ses expériences sur la paramécie, des cultures de moisissures, des oeufs, du yogourt, du sang, du sperme... sur place ou à distance. Il essaya de réaliser des expériences les plus irréprochables et dut imaginer des protocoles répondant aux difficultés liées à la réalisation d'expériences scientifiques sur l'influence de l'intention.
Difficile de nier l'existence d'échanges d'informations non locales entre tous systèmes vivants mis en contact. Difficile de nier que le postulat de non-localité de la physique quantique (deux particules intriquées restent corrélées : deux particules en contact continuent d'influer l'une sur l'autre une fois séparée) ne s'applique pas qu'aux particules subatomiques mais aussi aux systèmes vivants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire